Extension d’un pavillon des années 70, dans la campagne finistérienne. La proposition est de réorienter la maison pour mieux profiter des possibilités du terrain: l’extension s’installe en exacte continuité du volume contre le pignon Est existant : Ce nouveau pignon est « sculpté » pour devenir l’entrée principale. La toiture se prolonge par un large auvent qui abrite le seuil.

Une extension contre le pignon aveugle de l’existant

L’extension elle même offre une entrée, une nouvelle cuisine, deux chambres et une salle de bain. Sur l’ancien pignon devenu façade principale, les fenêtres sont groupées en une forme commune pour donner de l’ampleur à la nouvelle entrée. Le choix de la structure bois et bardage bois en façade permet une souplesse dans la découpe des ouvertures, et un calepinage simple. La maison est appelée le Lostoen par le maître d’ouvrage, littéralement « queue de toit » en breton, élément d’architecture traditionnelle locale. La façade en bois est peinte en noir, l’enduit de l’ancienne partie est anthracite, le toit en ardoise, dans un souci de s’accorder avec les teintes en dégradés de gris du paysage

Maison avant extension maison croquis